Posts

underwater image with plants in caged construction

MERCES and AFRIMED join forces to restore marine biodiversity

bridge of ship with navigation equipment

The year ahead for the WestMED Initiative

A new Technical Group on Aquaculture, a Maritime Clusters cooperation scheme, a webinar with a focus on blue skills and another WestMED Stakeholder Conference. These are some of the main activities foreseen in 2021. So, stay tuned!

During the last WestMED Steering Committee meeting, on December 16, 2020, its members outlined a roadmap of activities and initiatives to be carried out in the year to come. 2021 has just started and a number of exciting developments in the framework of the WestMED initiative are already taking shape and will be launched soon.

Two new cooperation frameworks will be initiated. They are based on the successful Technical Group on Sustainable Transport – Green Shipping with key stakeholders, that kicked-off last year. They already convened four times to discuss key developments and will continue their activities in 2021.

The new frameworks will focus on two policy areas which are pivotal for the sustainable development of the Blue Economy in the western Mediterranean. One focused on Aquaculture and one on Maritime Clusters cooperation with the aim of further strengthening ties between Northern and Southern countries within the western Mediterranean.

These initiatives directly build on the insights gained during the stakeholder webinars that the WestMED Assistance Mechanism organised in December 2020, namely the webinar on Sustainable Aquaculture and the virtual stakeholder meeting on Maritime Clusters.

Given the impact and wide range of opportunities generated by these events, a new WestMED webinar will be organised focusing on Blue Skills will be held this spring.

Moreover, another large-scale Stakeholder Conference will be hosted in 2021 – either virtual, hybrid or in-person, depending on the covid-19 developments.

More details concerning all these activities will be coming up soon, so stay tuned through our website and/or Twitter!

laptop with westmed website on screen

Our WestMED website address will change… slightly

The WestMED initiative’s website is currently undergoing a migration process to the Europa.ec domain. This means that the website will receive a new domain-name as off early March 2021.

As a result of this process, the website will be designed in a way so that it is compliant with accessibility standards of the European Commission. This means that every person, regardless of their diverse abilities, will be able to perceive, understand and interact with the new site.

On top of that, there will be a gradual change in the website’s look and feel in order to enhance user experience. In this regard, a new section on funding opportunities will be added, including a filter search functionality allowing to explore calls for proposals by country and topic, among other criteria.

We will inform you about these upgrades as soon as they’re in place. So, stay tuned!

poster showing report covers

Renewed partnership with the Southern Neighbourhood – A new agenda for the Mediterranean

Press release: EEAS (European Union External Action Service) | 9-2-2021

Twenty-five years ago the European Union and the Southern Mediterranean partners committed to turning the Mediterranean basin into an area of dialogue, exchange and cooperation, guaranteeing peace, stability and prosperity.

The 25th anniversary of the Barcelona Declaration reminds us that a strengthened Mediterranean partnership remains a strategic imperative for the European Union, as the challenges the region continues to face require a common response, especially ten years after the Arab Spring. By acting together, recognising our growing interdependence, and in a spirit of partnership, we will turn common challenges into opportunities, in our mutual interest.

sandy beach with water

European Commission and European Investment Fund launch €75 million BlueInvest Fund

The European Commission is partnering with the European Investment Fund, part of the European Investment Bank Group (EIB), to launch the BlueInvest Fund today. During the BlueInvest Day conference in Brussels, EIB Vice-President Emma Navarro and Virginijus Sinkevičius, Commissioner for Environment, Oceans and Fisheries, launched a €75 million equity investment fund for the blue economy.

The BlueInvest Fund will be managed by the European Investment Fund and will provide financing to underlying equity funds that strategically target and support the innovative blue economy. This sector can play an important role in the transformation to a carbon-neutral economy by 2050, an ambition announced in the European Green Deal. The new programme is backed by the European Fund for Strategic Investments, the financial pillar of the Investment Plan for Europe.

 

Read more about the BueInvest Fund 

poster of sea with ministerial endorsement text

Ministerial Declaration recognises the WestMED Initiative for the development of the Blue Economy in the Mediterranean

On February 2, 2021, the Union for the Mediterranean (UfM) held its Second Ministerial Conference on Sustainable Blue Economy aimed at improving maritime governance and at intensifying joint efforts to foster the sustainable blue economy development in the Mediterranean.

The Conference also intended to address the growing environmental and climate-related challenges that the Mediterranean region is facing, and tackle the unprecedented socio-economic crisis that the COVID-19 pandemic has generated.

In the framework of this Conference, Ministers from the 42 UfM States have adopted a new Declaration on Blue Economy, where they recognise the WestMED initiative as a successful example of cooperation and a catalyst for the development of sustainable blue economy.

Hence, the WestMED initiative has been recognised as a key tool for the sustainable development of the blue economy in the Mediterranean, “focused on clear goals, priorities and measurable targets”.

The WestMED initiative will continue contributing to the main objective of the Declaration, which is to make more resilient and sustainable blue sectors such as tourism, fisheries and aquaculture while promoting sustainable investments in areas such as green shipping to meet the evolving needs and challenges of the blue economy sectors.

 

Second Ministerial Conference on Sustainable Blue Economy: https://ufmsecretariat.org/ufm-ministerial-conference-blue-economy/

Ministerial Declaration on Blue Economy: https://ufmsecretariat.org/wp-content/uploads/2021/02/Declaration-UfM-Blue-Economy-EN.pdf

poster tourism webinar with camels on beach

WestMED – BlueMed webinar focuses on strengthening ties and opportunities with Southern Partners

Context/introduction

The WestMED Assistance Mechanism is promoting a series of webinars in partnership with BlueMed initiative aimed at bringing stakeholders in the Mediterranean together to address common challenges and support the development of sustainable blue growth. The intention behind this collaboration is to create increasing synergies between the two initiatives.

A first webinar was organised by BlueRoSES, Mistral and BlueMed and included the participation of the WestMED AM on 10 November 2020 wherein the webinar focused on the provision of ICT services for post Covid 19 blue tourism in the Mediterranean region. A second event on strengthening ties and opportunities with Southern Partners was held on 15th December. It was hosted by WestMED to allow for the showcasing of a few BlueMed projects focusing in particular on opportunities that can be reaped by the Southern partners in the Western Mediterranean.

Objectives of the webinar

The WestMED Initiative focuses on local and reginal challenges in the Western Mediterranean and allows for the sharing of opportunities through the matching of stakeholders and provides support in the development of successful projects. Towards this end, the Westmed, in collaboration with the Bluemed which also seeks to support and coordinate research in order to build sustainable blue growth, organised the workshop in order to allow stakeholders to engage in an initial brainstorming session on gaps and opportunities emerging from the results, best practices and lessons learned from projects within the dimension of coastal and maritime tourism.

The general objective of the webinar was to investigate some pivotal areas for further project development and support the exchange between existing projects and a broader range of sectoral stakeholders across the western Mediterranean – and the Mediterranean at large. Additionally, the event provided the opportunity to identify useful elements for future discussions on future projects taking in due consideration the existing ones and building on the outcomes and lessons of the existing projects.

Specifically, the webinar provided a venue for projects to be showcased but more importantly it focused on how the lessons learnt from these project can be extended to the Southern partners in the Mediterranean. Indeed, the second part of the webinar allowed Southern partners to discuss the relevance of the presented practices for the Southern Mediterranean as well as identify any other areas which are critical for project development in the Southern Mediterranean.

Main elements discussed

The discussion during the webinar was focused on the following elements:

  • The risks and challenges faced by the tourism sector in the Mediterranean which are common risks requiring common and joint solutions.
  • Greater emphasis is required on collaboration, not only across project partners, through the implementation of projects, but also across platforms such as that which has been undertaken by the Westmed and Bluemed for this event.
  • Lessons which can be extended to Southern partners range from the application of methodologies which can be replicated, learning on how to effectively engage stakeholders and the transfer of knowledge.
  • Specific to the tourism sector, the discussion focused on how the tourism product can be diversified particularly in light of recent challenges and risks, the use of ICT particularly with the onset of challenges brought about by Covid as well as the importance of development sustainable and resilient sector, one which can withstand the incidence of shocks which are likely to continue to be faced by the sector. Towards this end, the vulnerability of the sector was noted wherein some of the variables which lead to the vulnerability of the sector, are common factors across the Mediterranean. This provides scope in learning from the outcomes of projects which have been focusing on building a flexible and yet resilient tourism sector in the Mediterranean.

Conclusions/next steps

 The participation of CPMR and Interreg, both of which provided an overview of activities which are relevant for the Southern partners in the Western Mediterranean provided the basis for follow up ideas including:

  • The promotion of workshops on the development of a Sustainable Tourism Manual which can be applied by a number of players in the tourism sector within the Western Mediterranean.
  • Supporting key projects which provide a sound basis for lessons which can be applied to different stakeholders. This should be an essential component of funded projects to ensure that the benefits drawn from these projects are extended.
  • Development of a sustainable tourism observatory among the Southern partners of the Western Mediterranean which can serve as an extension of the BestMed project which focuses on data management for sustainable tourism in order to ensure better governance in the Mediterranean.Promoting the involvement and participation of southern stakeholders in projects.

watch the full recording of the 2020 tourism webinar on YouTube

download the masterfile of presentations that was used during the 2020 tourism webinar

announcement poster business to sea conference

WestMED priorities 2021 discussed at Business2Sea event

The Portuguese National Hub, Fórum Oceano, in cooperation with WestMED Central Team, and with the collaboration of other National Hubs, organised a webinar under the 10th edition of the international event Business2Sea. The session took place on the 17th of November, gathering around 50 stakeholders from different countries, such as Portugal, Spain, France, Malta, Italy, Morocco, or Tunisia.

 The workshop, comprising three sessions, aimed at discussing the main objectives of the Initiative for the next few years. The goal of the event was to promote the debate about WestMED’s priorities and Challenges, and to discuss how to foster cooperation within the Western Mediterranean.

 The opening session counted on the presence of Conceição Santos, Deputy Director-General for Maritime Policy – DGPM (Portuguese National Coordinator of WestMED), Isabelle Viallon, Deputy Head of Unit Sea-basin Strategies, Maritime Regional Cooperation and Maritime Security – DG MARE, and Javier Fernández, Technical Director at Ecorys and Project Leader of the WestMED Initiative.

 During the opening session, the participants discussed topics such as upcoming priorities, synergies between Mediterranean and Atlantic, and funding opportunities. Isabelle Viallon explained that a specific fund focused on one of the WestMED main priorities is planned, encouraging stakeholders to prepare and develop robust project ideas. 

 Tourism, Aquaculture, Ports and Maritime Transport, Investments and Financing Blue Economy were the main themes debated within the second session, addressing the Green Deal and the challenges for WestMED. This session counted on with the participation of Stephanie Vella (NH Malta), Mario Dogliani (CS Mare Foundation), Malouli Idrissi (NH Morocco), and Michael Adams (Ocean Assets Institute).

 The Webinar ended with the presentation of project ideas. WestMED National Hubs from Spain, France, Malta, Italy, Tunisia, and Portugal share some food for thought presenting project proposals on Clusters, Ports, Fisheries or Aquaculture.

 The Workshop was a step forward to boost the cooperation within the WestMED area, the relevance of the speeches and the project ideas presented are materials to feed the work in next future.

Click for full recording

Déclaration à l’issue du 7è Sommet des Pays du Sud de l’Union européenne

L’Initiative OuestMED a été mentionné dans la déclaration à l’issue du septième Sommet des Pays du Sud de l’Union européenne, le 10 septembre 2020. Le texte intégral a été publié sur le site de la Présidence de la République française et est disponible ci-dessous.

10 SEPTEMBRE 2020 – DÉCLARATION

1 – Nous, chefs d’État et de gouvernement de Chypre, de l’Espagne, de la France, de la Grèce, de l’Italie,
de Malte et du Portugal, nous sommes réunis le 10 septembre à Ajaccio pour le septième Sommet des
pays du sud de l’Union européenne (Med7).

2 – Face à la crise sans précédent provoquée par la pandémie de COVID-19 qui a profondément affecté
les populations et les économies de nos pays, à la multiplication des crises régionales et à la montée
des tensions en Méditerranée, il est pour nous plus que jamais essentiel de construire une Europe unie
et solidaire, capable de relever l’ensemble des défis auxquels elle est confrontée et de défendre avec
force et détermination les intérêts, la souveraineté et les droits souverains de l’Union européenne et de
ses États membres.

Pour une politique méditerranéenne renouvelée

3 – Nous soulignons l’importance stratégique qu’a pour l’Europe le voisinage méridional. Vingt-cinq ans après le lancement du processus de Barcelone et plus de dix ans après la fondation de l’Union pour la Méditerranée, nous proposons de donner une nouvelle impulsion à la politique européenne globale en Méditerranée, dans l’objectif de renforcer la capacité de l’UE et de ses États membres à répondre collectivement aux différentes difficultés de la région. Dans cette perspective, et compte tenu des travaux en cours au sein des institutions européennes, nous proposons de renouveler le partenariat méridional entre l’Union européenne, ses États membres et nos voisins du Sud. Nous attendons avec intérêt la tenue du Forum régional de l’Union pour la Méditerranée le 27 novembre, qui marquera le vingt-cinquième anniversaire de la Déclaration de Barcelone ; avant cette échéance, une réunion UE-voisinage méridional organisée en Espagne posera les fondements de cette politique méditerranéenne renouvelée.

4 – L’objectif de ce partenariat méridional renouvelé doit être de consolider encore la relation euro-méditerranéenne, notamment en renforçant l’Union pour la Méditerranée ainsi que le Dialogue 5+5 et en promouvant les avancées obtenues par le Sommet des deux rives de la Méditerranée occidentale. Le partenariat doit s’appuyer sur un programme d’action politique positif, axé sur le développement de coopérations concrètes sur des problématiques d’intérêt commun définies conjointement avec nos partenaires du Sud : réformes, gouvernance démocratique, résilience de la société civile, climat et environnement, transition écologique, commerce et investissements, énergie, culture et protection du patrimoine, migration et mobilité, autonomisation des jeunes et programme numérique. Puisque l’insécurité dans la zone du Sahel et du Sahara influe directement sur la situation de sécurité en Méditerranée, il conviendra d’accorder une attention particulière à cette région, surtout en matière de lutte contre le terrorisme, la traite des êtres humains et le trafic illicite de migrants, qui contribuent aux migrations irrégulières.

5 – Ce partenariat renouvelé doit également nous permettre de trouver des solutions créatives et constructives pour gérer les biens communs euro-méditerranéens et traiter les problématiques d’intérêt commun, notamment l’accès aux ressources naturelles et la gestion durable de celles-ci. Des engagements communs en matière de protection de la biodiversité en Méditerranée pourraient ainsi être pris à l’occasion du Sommet One Planet de Marseille en janvier 2021 et de la conférence ministérielle de l’Union pour la Méditerranée sur l’économie bleue durable, qui aura lieu plus tard la même année. Dans le cadre de la promotion de l’économie bleue dans le bassin méditerranéen, nous demeurons déterminés à renforcer l’utilisation des services Copernicus, en travaillant également avec nos partenaires du Sud, pour la surveillance et la gestion des zones côtières. L’initiative pour le développement durable de l’économie bleue en Méditerranée occidentale (initiative OuestMED) pourrait fournir un exemple de coopération Nord-Sud équilibrée présentant un intérêt pour l’ensemble du bassin. Il conviendrait également d’intensifier les efforts mis en œuvre afin d’atteindre des résultats ambitieux lors de la COP26 de la CCNUCC et des événements associés organisés en Italie, notamment la conférence « Youth4Climate » de Milan qui permettra aux jeunes de contribuer concrètement à l’action climatique. De même, la réunion des chefs d’État et de gouvernement qui se tiendra en Grèce le moment venu et portera sur la protection du patrimoine culturel et naturel contre les effets du changement climatique offrira une occasion supplémentaire de coopérer étroitement. Le Forum Génération Égalité, qui se déroulera en France au cours du premier semestre de 2021, sera également l’occasion d’impliquer les sociétés civiles des deux rives afin d’accroître l’ambition commune en matière d’égalité entre les femmes et les hommes.

Paix et stabilité en Méditerranée

6 – Nous réitérons notre plein soutien et notre entière solidarité avec Chypre et la Grèce face aux atteintes répétées à leur souveraineté et à leurs droits souverains ainsi qu’aux mesures agressives prises par la Turquie. Nous appelons l’ensemble des pays de la région à respecter le droit international, notamment le droit international de la mer, et nous encourageons toutes les parties prenantes à régler leurs différends par le dialogue et la négociation. À cet égard, nous saluons les efforts de médiation du haut représentant et vice-président et de l’Allemagne visant à permettre une reprise du dialogue entre la Grèce et la Turquie sur la question de la zone maritime. En outre, nous accueillons favorablement l’invitation du Gouvernement de Chypre à négocier avec la Turquie, en relevant que la délimitation des zones économiques exclusives et du plateau continental devrait être traitée par le dialogue et la négociation de bonne foi, dans le plein respect du droit international et en accord avec le principe des bonnes relations de voisinage. Dans le prolongement des conclusions récentes du Conseil européen et du Conseil de l’UE, nous regrettons que la Turquie n’ait pas répondu aux appels répétés de l’Union européenne à mettre fin à ses activités unilatérales et illégales en Méditerranée orientale et dans la mer Égée. Nous réaffirmons notre détermination à utiliser tous les moyens adéquats dont dispose l’Union européenne pour répondre à ces actions agressives. À la suite de la dernière réunion informelle des ministres des Affaires étrangères de l’UE (gymnich), nous convenons d’accélérer les travaux concernant les inscriptions supplémentaires sur la liste des sanctions à partir des propositions déjà sur la table, en vue de leur adoption rapide. Nous soutenons que si la Turquie ne progresse pas sur la voie du dialogue et ne met pas un terme à ses activités unilatérales, l’UE est prête à élaborer une liste de mesures restrictives supplémentaires qui pourraient être évoquées lors du Conseil européen des 24 et 25 septembre 2020.

7 – La situation imprévisible en Libye représente une menace pour la stabilité du pays et de l’ensemble de la région, y compris de l’Union européenne, et contribue à l’aggravation de la menace terroriste, de la traite des êtres humains et du trafic illicite de migrants. Nous rappelons la nécessité pour l’UE de faire tout son possible pour contribuer aux efforts de stabilisation de la Libye. Il est essentiel de renforcer les capacités des autorités libyennes pour leur permettre de contrôler les frontières terrestres et maritimes et de lutter contre les activités de transit et de trafic illicite. Nous accueillons avec satisfaction les annonces faites le 21 août dernier par les présidents du Conseil présidentiel et de la Chambre des représentants de l’État libyen, qui ont posé les fondements d’une solution commune à l’impasse actuelle. Il s’agit d’une avancée positive dans la bonne direction et il convient de continuer sur cette voie. Il n’existe aucune solution militaire à la crise. Nous engageons vivement toutes les parties à convenir d’un cessez-le-feu et à s’engager à nouveau en faveur du dialogue politique facilité par les Nations Unies et des paramètres agréés lors de la conférence de Berlin. Nous appelons également à reprendre immédiatement la production de pétrole dans l’ensemble du pays et à travailler en parallèle à la création de mécanismes visant à garantir une répartition équitable et transparente des recettes pétrolières. Nous réaffirmons notre opposition à toutes les ingérences étrangères dans ce conflit, d’où qu’elles proviennent, et nous restons déterminés à faire respecter, notamment au moyen de l’opération Irini, l’embargo sur les armes imposé par les Nations Unies dont les violations ont exacerbé l’escalade militaire actuelle en Libye. Nous restons également prêts à adopter des sanctions à l’encontre des acteurs impliqués dans la violation de l’embargo et des droits de l’Homme, ainsi que de ceux qui s’opposent au processus politique.

8 – L’explosion du 4 août à Beyrouth, qui a frappé la ville en son cœur, a été un choc pour le peuple libanais ainsi que pour tous les amis et les partenaires du Liban, au premier rang desquels l’Union européenne. Cette tragédie a frappé un pays déjà affaibli par la crise politique et économique très profonde qu’il traverse depuis plusieurs mois et qui ne cesse de s’aggraver. En ces temps difficiles, nous nous tenons aux côtés du peuple libanais et nous continuerons à faire tout ce qui est en notre pouvoir pour répondre aux besoins les plus pressants du pays et l’accompagner sur la voie de l’ajustement économique. Nous rappelons que la priorité doit aller à la formation rapide d’un gouvernement qui soit en mesure de mettre en œuvre les réformes que les Libanais attendent depuis trop longtemps.

9 – En Syrie, la situation continue de se détériorer et le pays s’enfonce dans un cycle d’instabilité durable. Par l’assistance que nous déployons en faveur du peuple syrien et des réfugiés syriens, par notre action déterminée contre le terrorisme au sein de la Coalition internationale de lutte contre Daech, nous cherchons à atténuer les effets de cette tragédie. Notre objectif demeure celui d’une relance du processus politique et de la mise en place des conditions d’un retour volontaire, sûr et digne des réfugiés. La recherche d’une solution politique négociée sous l’égide des Nations Unies est la seule issue possible à la crise syrienne. Dans cet esprit, et alors que le régime syrien poursuit son obstruction à tout changement politique, nous continuerons de subordonner le financement de la reconstruction de la Syrie et la normalisation des relations avec Damas à la mise en œuvre d’une solution politique crédible et durable.

10 – À Chypre, reconnaissant que le statu quo ne constitue pas une option satisfaisante pour le pays, nous soutenons pleinement la volonté affichée par le secrétaire général des Nations Unies de poursuivre ses efforts visant la reprise des négociations là où elles s’étaient arrêtées lors de la conférence de Crans Montana en 2017, afin de trouver une solution viable et globale au problème de Chypre sur la base d’une fédération bicommunale et bizonale avec l’égalité politique, comme le prévoient les résolutions pertinentes du Conseil de sécurité des Nations Unies et conformément à l’acquis, aux valeurs et aux principes de l’UE. Nous exhortons toutes les parties à s’engager en faveur d’une solution de ce type et à y participer, y compris en ce qui concerne ses aspects extérieurs.

11 – S’agissant du processus de paix au Proche-Orient, seule une solution négociée en vue de l’établissement de deux États vivant en paix et en sécurité à l’intérieur de frontières sûres et reconnues, et fondée sur les paramètres agréés ainsi que sur le droit international, est à même de conduire à une paix juste et durable dans la région. Nous nous félicitons de l’annonce, intervenue le 14 août dernier, de la normalisation des relations entre Israël et les Émirats arabes unis. L’engagement pris par Israël de suspendre l’annexion de territoires palestiniens est une mesure positive, qui doit devenir définitive. Comme rappelé à plusieurs reprises par l’Union européenne, toute annexion quelle qu’elle soit constituerait une grave violation du droit international. Toute mesure unilatérale susceptible de compromettre la solution des deux États et la perspective de la reprise des négociations doit être évitée.

Programme d’action européen

12 – Nous nous félicitons de l’accord obtenu à Bruxelles le 21 juillet dernier sur le programme appelé « Next Generation EU » qui sera l’instrument d’une relance européenne coordonnée en réponse à la crise de la COVID-19. Cet accord, inimaginable il y a encore quelques mois, constitue un développement inédit et novateur parmi les plus importants depuis la création de la zone euro. Il s’agit d’un signal fort, celui d’une Europe solidaire et tournée vers l’avenir qui soutient les priorités numérique, environnementale et climatique. Cet accord est également une nouvelle étape en vue d’une plus grande convergence économique et sociale entre les États membres et entre les régions, et ainsi d’une plus grande stabilité économique sur le continent. Dans ce contexte, nous soutenons l’importance de la dimension sociale de la relance de l’Europe et nous réaffirmons notre attachement à la mise en œuvre du socle européen des droits sociaux.

13 – Il importe désormais de mettre pleinement en œuvre cet accord, en adoptant rapidement les textes permettant son opérationnalisation au 1er janvier 2021. Il nous faut aussi œuvrer à la réforme effective du système des ressources propres, en tenant compte des propositions que présentera la Commission au premier semestre 2021 concernant un mécanisme d’ajustement carbone aux frontières et une taxe européenne sur le numérique, dont l’instauration est prévue au plus tard au 1er janvier 2023.

14 – L’accord sur le cadre financier pluriannuel et le plan de relance permettra d’accompagner l’Union européenne et ses territoires dans leur transition vers la neutralité carbone. Nous sommes déterminés à adopter dès que possible, et au plus tard avant la fin de l’année, notre nouvel objectif de réduction des émissions d’ici 2030, qui devra refléter le plus haut degré d’ambition possible. Nous nous engageons à renforcer nos efforts de diplomatie climatique d’ici la COP26 afin d’obtenir des engagements revus à la hausse des principaux émetteurs mondiaux. Nous nous engageons également à progresser dans le processus visant éventuellement à désigner le bassin méditerranéen dans son ensemble comme une zone de contrôle des émissions de SOx conformément aux décisions de la 21e Conférence des Parties à la Convention de Barcelone qui s’est tenue à Naples en décembre 2019.

15 – La coopération dans la Méditerranée et l’Atlantique est importante pour mener à bien l’Union énergétique et pour parvenir à un marché européen de l’énergie totalement intégré et interconnecté, ainsi que pour mettre fin à l’isolation de certains États membres et de certaines îles à l’égard des réseaux européens de gaz et d’électricité. La future stratégie de la Commission pour développer les énergies renouvelables en mer doit prévoir une coopération pour promouvoir toutes les sources d’énergies renouvelables et propres, avec une évaluation approfondie de leur potentiel, ainsi que des instruments pour soutenir toutes les énergies marines tels que le financement de projets de démonstration à l’échelle industrielle.

16 – Le nouveau Pacte européen sur la migration et l’asile qui sera présenté prochainement par la Commission, devra être fondé sur les principes de responsabilité et de solidarité. Il devra permettre à l’Union de faire face aussi bien aux situations exceptionnelles aux frontières extérieures qu’aux flux structurels et de traiter les questions préoccupantes pour tous les États membres, qu’ils soient en première ligne ou concernés par des mouvements secondaires. Ce système de responsabilité partagée serait déterminant dans la mise en place d’un régime véritablement européen de gestion des retours. Cette occasion unique de dépasser les divergences entre États membres devra être mise à profit pour refonder un régime d’asile européen commun efficace et juste et pour renforcer la coopération avec les pays tiers d’origine et de transit. Ce sera aussi l’occasion d’améliorer le fonctionnement de l’espace Schengen. Un soutien concret aux pays tiers, en particulier aux pays d’Afrique du Nord, doit être assuré pour permettre une capacité opérationnelle suffisante de gestion des flux migratoires. En outre, le nouveau Pacte européen sur la migration et l’asile devra prévoir un mécanisme de solidarité, notamment pour ceux sauvés dans le cadre des opérations de recherche et de sauvetage. Ensemble, nous continuons de chercher des solutions permanentes et prévisibles.

17 – Dans le cadre des négociations sur l’avenir du partenariat avec le Royaume-Uni, notre ambition reste de parvenir, avant la fin de la période de transition, à un accord complet, juste et équilibré qui prenne en compte le statut de pays tiers du Royaume-Uni et garantisse un équilibre des droits et des obligations. Conformément aux instructions de négociation approuvées par le Conseil, les pays du Med7 seront particulièrement attentifs à ce que le futur partenariat garantisse la stabilité des accès aux ressources en matière de pêche et l’égalité des conditions de concurrence. Pour aboutir à un accord, il est indispensable que le Royaume-Uni prenne des engagements réels en la matière. Par ailleurs, nous demeurerons vigilants quant à la mise en œuvre effective de l’accord de retrait et de ses trois protocoles. En parallèle, nous restons prêts à faire face aux changements inévitables qui interviendront à la fin de la période de transition, en prenant en compte tous les scénarios, y compris en cas d’absence d’accord sur le futur partenariat.

18 – Dans le même esprit que la déclaration Schuman, adoptée il y a 70 ans, relever ces défis historiques nécessitera plus de souveraineté européenne, de résultats concrets et de solidarité réelle grâce à la coordination et à l’action. Si nous voulons y parvenir, les citoyens européens doivent être étroitement associés à cette réflexion. C’est pourquoi nous soutenons le travail en cours sur la Conférence sur l’avenir de l’Europe. Nous nous réjouissons de l’adoption du mandat de négociation au Conseil, et nous espérons désormais que nous parviendrons rapidement à un accord interinstitutionnel afin de pouvoir lancer officiellement la Conférence dès que possible.

19 – Nous convenons de tenir le prochain sommet en Grèce.